Sélectionner une page

Jeu, amour et folie au Carnaval de Venise

Fév 15, 2020 | voyage

Quand on pense à Venise, on peut s’imaginer sur une gondole qui navigue à travers les canaux, flâner sur le pont Rialto ou encore en train de prendre un café sur la Piazza San Marco. Mais le charme de la ville réside aussi dans ses fêtes traditionnelles, tel le carnaval qui apporte une atmosphère si particulière et qui nous fait voyager dans le temps. Cet événement emblématique est à lui seul une raison de partir vers Venise et de découvrir cette ville unique !

Une fête pour rassembler les citoyens

La première mention du Carnaval remonte à 1094, dans un édit du premier doge de Venise. Son but principal était d’effacer les différences sociales et d’abolir les contraintes qui leurs étaient liées.

Petit à petit, l’aristocratie a pris la main sur l’organisation du carnaval sans pour autant exclure le reste du peuple des événements. Ces derniers sont constitués à la fois de jeux publics, qui ont beaucoup évolués au fil du temps (passant de la pyramide humaine, à la chasse aux porcs ou aux taureaux) et de festivités, comme les « Epousailles du Doge avec la mer » ou encore la « Fête des Marie »

Mais l’image que nous avons maintenant du carnaval est issue de l’époque baroque (XVIIè siècle) par sa diffusion partout en Europe des œuvres de Canaletto, Francesco Guardi, Giandomenico Tiepolo et surtout Pietro Longhi. Cependant, cet essor prendra fin en 1797, avec l’arrivée des troupes napoléoniennes. Bonaparte décide d’interdire le carnaval afin d’éviter les troubles.  Le carnaval renaitra sous l’occupation autrichienne, mais de manière très encadrée et ne fera que décliner jusque dans les années 1970. A cette époque, des jeunes tentent de remettre au goût du jour d’anciennes traditions et les mascarades. Ainsi, en 1979, sous l’initiative d’associations de citoyens, de la municipalité de Venise, de La Fenice et de la Biennale de Venise, le carnaval est officiellement relancé !

Le carnaval aujourd’hui

Dès 1980 et sa réintroduction officielle, le carnaval est un succès populaire et touristique. Des dizaines de milliers de visiteurs viennent participer à cet événement spectaculaire. Les jeux qui mettaient en scène des animaux sont interdits, mais les attractions médiévales du carnaval demeurent et les spectacles refont leur apparition sur les places de Venise, notamment la Piazza San Marco.  Durant 10 jours se succèdent défilés, parades et processions dans les rues, ainsi que des événements privés dans les hôtels, palais et restaurants.

Ces journées sont ponctuées de temps forts typiques et récurrents.
Ainsi, le prologue du Carnaval débute toujours avec le « vol du rat », qui consiste en un cortège de bateaux accompagnant une effigie de gros rat qui explosera et libèrera fumée et confettis.

Le carnaval est officiellement lancé !

Il s’ouvre avec la « Fête des Marie ». Cette célébration fait référence à la victoire des Vénitiens contre des brigands qui ont fait irruption durant une cérémonie dans la basilique de San Pietro di Castello pour voler les bijoux et kidnapper douze femmes, considérées comme les plus belles de la ville et qui devaient se marier. Aujourd’hui, un défilé est organisé, avec douze Marie qui partent de San Pietro Castello pour rejoindre la Piazza San Marco, accompagnées d’un cortège formé de demoiselles d’honneur, de musiciens, de personnes costumées et de bateaux qui traversent les canaux de Venise. A la fin du défilé a lieu l’élection de la plus belle des Marie. L’heureuse élue sera celle qui ouvrira les festivités du carnaval l’année suivante.

Le lendemain a lieu l’autre grand temps fort du carnaval : « le vol de l’ange ». Traditionnellement, un invité secret de la ville se lançait du haut du clocher du campanile San Marco jusqu’au centre de la place. Cet événement est tiré de la légende selon laquelle un funambule turc aurait rejoint le campanile en équilibre en 1558. Aujourd’hui, c’est la Marie élue l’année précédente qui honore cette tradition.

Chaque année, une thématique est associée au Carnaval. En 2020, c’est « jeu, amour et folie » !

L’habit ne fait pas le moine !  

Que serait le carnaval sans ses costumes et ses masques ! Ils permettent de garantir l’anonymat, et de mentir sur sa classe sociale, son sexe ou sa religion. Cela crée une atmosphère joyeuse et insouciante qui est le cœur du carnaval.

Le costume le plus représentatif est la bauta. Inspiré de la Commedia dell’arte, il est constitué d’un capuchon qui recouvre le cou et la tête, une cape et un tricorne noir, et enfin un masque blanc complète le costume. Mais le costume le plus ancien est celui de l’arlequin, avec ses habits aux losanges multicolores.
Les femmes aussi ont leurs propres costumes : la « moretta », un masque de velours noir de forme ovale. Quant à la Colombine, elle porte sur ses habits des losanges, faisant d’elle le double féminin d’Arlequin.

Bien d’autres costumes et masques existent et rivalisent tous de beauté et de raffinement. C’est pourquoi, lors du dernier week-end, un jury international choisit le prix du « masque le plus beau ».

Informations pratiques pour un voyage en Italie :

  • Capitale : Rome
  • Monnaie : Euro
  • Décalage horaire : aucun avec la France métropolitaine
  • Langue officielle : italien
  • Indicatif : +39

Vous souhaitez plus d’information pour préparer votre voyage en Italie et recevoir des conseils personnalisés ? Découvrez l’application Travel kit !

 

En savoir plus :

Office du tourisme de Venise