Sélectionner une page

Comment soigner le mal des transports ?

Fév 18, 2020 | santé, voyage

Vous partez à la montagne ? Ou plutôt au soleil ? Mais vous êtes sujet au mal des transports ? Travel kit vous apporte les conseils santé pour mieux vivre les désagréments du voyage.

Quels sont les symptômes du mal des transports ?

Quel que soit le moyen de transport, des sensations désagréables se manifestent parfois correspondant au mal des transports (mal de l’air, mal de mer, etc…), appelé aussi cinétose. Ces appellations désignent en effet un ensemble de sensations désagréables que peut connaître un voyageur lors d’un déplacement en train, en bateau, en voiture ou encore en avion. Les signes sont notamment des nausées, des sensations vertigineuses, une pâleur, des vomissements, des sueurs froides, etc… Il y a mieux pour commencer les vacances !

Quelles est la cause du mal des transport ?

Pour bien comprendre ce phénomène particulièrement déplaisant pour certains passagers (et éventuellement leur voisin, mais pas pour les mêmes raisons), il faut comprendre comment fonctionne l’équilibre. Le corps détermine son équilibre (déplacement, position, etc…) grâce à différentes sources d’informations :  la vue, l’oreille interne et la sensibilité profonde.

Concernant la vue, il est facile de comprendre comment elle nous aide à interpréter notre équilibre, y compris depuis l’intérieur d’un véhicule. La sensibilité profonde, c’est ce qui vous permet par exemple de savoir les yeux fermés dans quelle position vous êtes.

Femme pratiquant le Yoga devant un coucher de soleil et la mer

L’oreille interne, quant à elle, peut détecter l’inclinaison de la tête, mais aussi les accélérations (par accélération, ici on veut dire aussi bien accélérer que ralentir). Nous avons tous probablement déjà « jouer » à perturber notre oreille interne dans l’enfance, en demandant à quelqu’un de nous faire tourner sur nous-mêmes les yeux fermés, sur un fauteuil ou autre. Tant que le fauteuil tourne à une vitesse constante, pas de problème ! Mais lorsqu’on l’arrête d’un coup, une sensation vertigineuse survient généralement.

Mais pourquoi ? L’oreille interne détecte les mouvements grâce à trois petits canaux dans chaque oreille. Ces canaux osseux sont remplis de liquide qui bougera en fonction des mouvements de la tête. Lorsque vous accélérez, le liquide bouge, l’oreille envoie un signal au système nerveux pour décrire ce mouvement. Mais si vous tournez sur vous-mêmes à vitesse constante, le liquide ne bouge plus après quelques secondes de mouvement, votre oreille estime que vous ne bougez pas. Si vous arrêtez de tourner brutalement, le liquide va bouger en raison du freinage brusque. L’oreille interne signale au système nerveux un mouvement, alors que vous ne bougez plus. Vous avez la sensation probablement de tomber d’un côté alors que vous ne bougez pas, mais vous essayez instinctivement de vous penchez du côté opposé pour ne pas tomber, et vous finissez du coup par terre.

Schéma interne de l'oreil
Représentation 3D de l'oreille interne

Quel rapport avec le mal des transports ? Dans un véhicule, vos yeux vous diront parfois que vous ne bougez pas, en particulier si vous ne regardez pas à l’extérieur. Vos oreilles signaleront au contraire tous les mouvements. Le système nerveux reçoit donc des informations contradictoires, ce qui provoque les symptômes du mal des transports, parfois aggravé par d’autres facteurs (repas particulièrement lourd, chaleur, etc…).

 

Comment soigner le mal des transports ?

 

Dans ces situations rien ne vaut la prévention. Plusieurs options sont possibles pour lutter contre la cinétose :

  • Choisissez bien votre place : quel que soit le moyen de transport, il vous est conseillé de prendre place à l’endroit le plus stable du véhicule. Dans les avions et bateaux, privilégiez les places au milieu de l’appareil. En voiture ou en bus, préférez les places à l’avant.
  • Choisissez bien ce que vous regardez. Évitez les activités qui vous poussent à regarder fixement l’intérieur du véhicule (lecture, écrans, etc…). Profitez plutôt du paysage en regardant si possible dans le sens de la marche. Certaines personnes préfèrent au contraire fermer les yeux.
  • Ne voyagez pas l’estomac vide. Vous devez toutefois éviter l’alcool et les repas lourds.
  • Prenez l’air ! Si possible, faites des pauses de temps en temps pour prendre l’air.
  • La consommation de gingembre a des vertus pour la prévention et le traitement des nausées liées au mal des transports.
  • Limiter les mouvements de la tête, en utilisant éventuellement un appui-tête adapté ou un coussin.

 

Très peu de médicaments ont une efficacité réelle sur le mal des transports. Si le recours à un médicament est souhaité, certaines molécules antihistaminiques peuvent aider. Ils sont cependant déconseillés pour les personnes qui doivent conduire (même si c’est uniquement par alternance avec un autre conducteur) en raison du risque de somnolence. Le choix du traitement doit être adapté à l’état de santé du voyageur.

 

Pour obtenir des conseils personnalisés, adaptés à votre voyage et votre santé, accessibles à tout moment, découvrez notre application de conseil aux voyageurs Travel kit.

Crédit Photos :

Place de l’oreille interne : Didier Descouens [CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)]

Canaux osseux : José Braga / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)