Sélectionner une page

Coronavirus : Foire aux questions et conseils aux voyageurs

Fév 26, 2020 | santé, voyage

Impossible de passer à côté des nouvelles du Coronavirus, mais difficile de faire le tri et de trouver les informations importantes. Dans notre précédent article, nous vous expliquions pourquoi on parlait autant du Coronavirus. Ici, on vous propose le résumé Travel kit de la situation mis à jour régulièrement

(mise à jour le 10/04/2020).

Quelle est la situation en France ?

Environ 90000 cas sont confirmés, dont 12000 décès notés en France. Toutes les régions sont touchées, y compris dans les Départements et Région d’Outre-Mer.  Un confinement est mis en place sur l’ensemble du territoire, pour une durée encore indéterminée. Les déplacements sont donc interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d’être munis d’une attestation pour :

  • Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail ou déplacements professionnels ne pouvant être différés.
  • Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité (y compris les acquisitions à titre gratuit (distribution de denrées alimentaires…) et les déplacements liés à la perception de prestations sociales et au retrait d’espèce) dans des établissements dont les activités demeurent autorisées.
  • Consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés  ; soin des patients atteints d’une affection de longue durée.
  • Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants.
  • Déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie.
  • Convocation judiciaire ou administrative.
  • Participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative

Avant tout déplacement, veuillez imprimer obligatoirement l‘attestation de déplacement dérogatoire ou le justificatif de déplacement professionnel. Toute infraction à cette interdiction est punie d’une amende de 135 euros, en cas de récidive 375 voire 1500 euros.

Quelles sont les zones à risque en France et à l’étranger ?

Les zones d’exposition à risque sont définies comme les départements français ou pays pour lesquels une transmission communautaire diffuse du SARS-CoV-2 est décrite.

Actuellement, la situation de pandémie fait considérer l’ensemble du territoire français et l’intégralité des pays du monde comme une zone à risque.

Suivez la situation en temps réel en France et dans le monde :

Quelles sont les recommandations pour les voyageurs ?

La fermeture pour 30 jours a été annoncée le 16 mars pour les frontières de l’Union européenne, de l’espace Schengen et du Royaume-Uni. Les ressortissants des pays qui n’en font pas partie ne peuvent donc pas entrer en France pour les 30 jours à venir, sauf exception (par exemple s’ils ont leur résidence permanente en France).

Des attestations dérogatoires sont disponibles pour la circulation au sein du territoire et en particulier pour les déplacements entre la métropole et l’Outre-Mer, et depuis l’étranger vers la France. Elles sont téléchargeables sur le site du gouvernement.

Comment se transmet le Coronavirus SARS-CoV-2 ?

Les éléments actuels confirment une contamination de type « goutelettes ». Ce type de transmission signifie que des contacts étroits sont nécessaires avec inhalation de gouttelettes infectieuses émises lors d’éternuements ou de toux par une personne atteinte. Elles peuvent aussi être transmises après un contact avec des surfaces très récemment (quelques heures) contaminées par ces secrétions.
Il s’agit d’un mode de transmission classique dans les maladies respiratoires, d’où l’intérêt de porter un masque lorsqu’on est malade uniquement et après avis médical. Les masques classiques ne protègent pas de la contamination, ils sont faits pour protéger les autres quand on est soi-même malade.

Pour limiter la contagion, se protéger et protéger les autres :

  • Se laver très régulièrement les mains ;
  • Tousser ou éternuer dans son coude ;
  • Utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter.
  • Saluez sans se serrer
la main, évitez les embrassades.

     

     

Et surtout, respecter le confinement le plus scrupuleusement possible. 

 

Lors des sorties autorisées, gardez une distance d’1 mètre avec les autres personnes, en particulier dans les files d’attentes, etc… 

Quels sont les symptômes du COVID-19 ?

Les symptômes correspondent principalement à une infection respiratoire aiguë (fièvre, toux, essoufflement), mais des formes plus sévères sont possibles. La perte brutale de l’odorat, sans nez bouché et une disparition totale du goût sont également observés chez les malades.

Pour l’instant et afin de vous donner un ordre de grandeur général, 80% des cas sont bénins. Les autres nécessitent une hospitalisation en raison de la sévérité. Environ 2 à 3% des personnes décèdent des conséquences du COVID-19.

En cas de symptômes, vous pouvez essayer notre questionnaire afin d’être orienté vers le bon interlocuteur (15, médecin de ville ou autre) selon vos symptômes. Celui-ci est basé sur les recommandations du gouvernement et un algorithme développé par l’Institut Pasteur et l’AP-HP.

Comment prévenir la propagation du virus ?

La mesure la plus importante pour le moment est de respecter le confinement, afin de limiter le nombre de cas et les cas sévères, afin de ne pas dépasser les capacités d’accueil des hôpitaux. La situation se stabilise relativement actuellement, mais reste à un niveau particulièrement élevé qui ne permet en aucun cas de relâcher le confinement. Dans le cas contraire, nous risquerions une nouvelle augmentation du nombre de cas graves.

Les autorités françaises ont mis en place un système permettant de limiter la propagation du virus. Les recommandations varient rapidement mais certains éléments seront toujours valables. Le respect du confinement et l’application des gestes barrières sont les points centraux de la lutte contre la propagation de l’épidémie :

  • Utiliser exclusivement les mouchoirs une seule fois puis les jeter immédiatement dans une poubelle. Ne pas les laisser traîner dans ses poches ou dans des espaces communs.
  • Se laver les mains régulièrement. Le savon fonctionne parfaitement. L’utilisation de solution hydro-alcoolique n’est pas particulièrement plus efficace, elle est surtout plus pratique lorsqu’un accès à l’eau et au savon est limité ou chronophage (comme pour les professionnels de santé en visite à domicile ou en milieu hospitalier par exemple),
  • Tousser dans son coude, plutôt que dans sa main,
  • Ne pas faire la bise ou serrer la main pour dire bonjour lorsqu’on est malade.

Existe-t-il un traitement contre le COVID-19 ?

Non.

Actuellement, le traitement est uniquement symptomatique. Il permet donc à la personne malade de mieux tolérer la maladie en attendant que son système immunitaire s’en débarrasse. Le plus souvent, les personnes guérissent sans aucune séquelle.

Certains médicaments ont été évoqués, mais n’ont pas encore montrés suffisamment de preuves. L’automédication dans ce cas est donc inutile, voire dangereuse.

Des études cliniques sont en cours sur différents médicaments. Si le sujet vous intéresse particulièrement, vous retrouverez ici la liste des études en cours.

Comment traiter la fièvre ?

Dans le cadre du COVID-19, l’utilisation d’anti-inflammatoires non-stéroïdiens (ibuprofène par exemple) est susceptible d’aggraver la maladie. Vérifier impérativement la famille du médicament sur la notice avant d’en prendre. Pour les personnes bénéficiant d’un traitement chronique comportant des médicaments de cette famille, il ne faut surtout pas arrêter le traitement sans un avis médical,.

L’utilisation de paracétamol (qui n’est pas un anti-inflammatoire) est donc possible pour traiter la fièvre. Si la fièvre est entre 38 et 38,5°C et qu’elle est relativement bien tolérée, il est inutile de prendre des mesures pour la contrer. Un peu de fièvre peut favoriser la guérison.

Le paracétamol est disponible en pharmacie sans ordonnance et est très abordable. 

Les autres conseils pour mieux supporter une fièvre sont de se reposer au maximum, d’éviter de surchauffer les pièces à vivre (19°C suffisent), de ne pas se couvrir excessivement (même si on a l’impression d’avoir froid, le corps est trop chaud), de boire de l’eau abondamment
Les bains tièdes peuvent aider. Attention ! Le bain doit être à peine plus froid que la température de votre corps (soit 37-38°C). Les bains froids brutaux peuvent provoquer entrainer des malaises, en particulier chez les jeunes enfants.

Vous pouvez obtenir des informations concernant les autres médicaments sur le site www.covid19-medicaments.com.

 

Que faire si j’ai des symptôles grippaux ?

Si vous avez des symptômes grippaux, en particulier de la toux et de la fièvre, vous pouvez demandez un avis médical afin d’évaluer le risque de COVID-19. En fonction du niveau de risque, des conseils adaptés vous seront donnés. Contactez en priorité votre médecin traitant. Avant cela, vous pouvez effectué un test par questionnaire concernant vos symptômes pour vous orienter vers le meilleur interlocuteur (15, médecin traitant, etc…). Ce test est particulièrement utile afin de ne pas saturer le 15 sans orientation préalable quand ce n’est pas indispensable.

 

J’ai des symptômes (toux, fièvre) qui me font penser au Covid-19 : je reste à domicile, j’évite les contacts.

Sauf urgence, je peux effectuer un test pour m’orienter vers l’interlocuteur le plus adapté.


Sinon, j’appelle donc de préférence mon médecin traitant ou un médecin par téléconsultation, je n’appelle le 15 que si j’ai des difficultés respiratoires ou si j’ai fait un malaise.


Je reste strictement à domicile. Je me fais tester uniquement si je suis une personne fragile ou à risque, si je présente des signes de gravité, si je suis déjà hospitalisé, si je suis un professionnel de santé, si je suis une des premières personnes touchées en structure collective (EPHAD, handicap).


Si je n’appartiens à aucune de ces catégories, un médecin pourra effectuer le diagnostic sur signes cliniques uniquement. Un test systématique n’est pas utile. 

J’ai des problèmes de santé, suis-je plus à risque que les autres ?

Le Haut conseil de la santé publique (HCSP) considère que les personnes à risque de développer une forme grave de COVID-19 sont :

  • les personnes âgées de 70 ans et plus ;
  • les patients aux antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée, antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • les diabétiques insulinodépendants non équilibrés ou présentant des complications secondaires à leur pathologie ;
  • les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;
  • les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • les malades atteints de cancer sous traitement.
  • les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise :
    • médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive;
    • infection à VIH non contrôlé ou avec des CD4 <200/mm3,
    • consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques,
    • liée à une hémopathie maligne en cours de traitement,
  • les malades atteints de cirrhose au stade B ou C de la classification de Child-Pugh ;
  • les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40 kg/m2)
  • les femmes enceintes à partir du troisième trimestre de la grossesse.

Pour en savoir plus :

En cas de besoin, retrouvez une liste de sources d’informations fiables accessibles au quotidien.

Vous pensez avoir des symptômes liés au COVID-19 ? Accédez à notre questionnaire afin d’avoir toutes les informations fiables et personnalisées

Vous aimeriez voire une question particulière dans cette foire aux questions ? Contactez-nous via notre formulaire ou sur les réseaux sociaux, nous ajouterons votre question dans l’article et la mettrons à jour régulièrement.

Pour bénéficier de conseils personnalisés pour votre santé et mieux organiser votre prochain voyage, découvrez notre application Travel kit.