Sélectionner une page

Syndrome du voyageur : entre extase et déception

Juin 22, 2020 | santé, voyage

Partir en voyage c’est découvrir de nouvelles cultures. Mais le simple fait d’être dans un environnement différent ou un lieu mystique intense peut parfois suffire pour provoquer des réactions incontrôlées. Dans cet article, nous vous présentons le syndrome du voyageur et les destinations où il est le plus courant.

Commençons par une petite définition : le syndrome du voyageur est un trouble psychique, généralement passager, que peuvent rencontrer des personnes confrontées à certains aspects de la réalité du pays visité. Ainsi, les voyageurs peuvent avoir des symptômes allant de l’anxiété ou vertige au sentiment de persécution et même des hallucinations.

Le syndrome de Jérusalem – le choc religieux

Lieu sacré des trois religions monothéistes, Jérusalem constitue l’une des destinations les plus connues des pèlerins. En effet, les touristes peuvent y vivre soit un choc soit une extase religieuse. Selon le chef de la clinique de l’hôpital psychiatrique de Kfar Shaul, la réalité des lieux sacrés n’est pas à la hauteur des fantasmes. Ceci est lié à la destruction et à la transformation des sanctuaires, inhérente à l’histoire mouvementée de ce territoire.

De ce fait, les personnes touchées ont des symptômes comme l’anxiété, le désir d’isolement ou des hallucinations. Parfois elles ont l’obsession de se purifier le corps, déclament des passages de la Bible ou des chants sacrés. Les cas les plus fréquents sont enregistrés autour des grandes fêtes religieuses et durant les mois de juillet et d’août.

Entre 1980 et 1993, 1 200 personnes auraient ressenti ce syndrome, à des degrés divers. Une quarantaine de personnes est hospitalisée chaque année à l’hôpital de Kfar Shaul.

 

Le syndrome de Paris – une triste déception

Autrement dit « Pari sh’k’gun », ce syndrome touche plus particulièrement les touristes japonais. Il peut se déclarer suite à la trop grande déception des voyageurs qui découvrent pour la première fois la ville. En effet, l’image trop idéalisée et romantisée de Paris qu’ils en ont n’est pas du tout conforme la réalité.

De plus, les codes culturels sont beaucoup trop différents et ajoutent à la déception générale. Le comportement expansif des Français est inacceptable pour eux. Ainsi, exprimer ouvertement son point de vue, son désaccord ou interrompre son interlocuteur sont des attitudes étranges et même choquante pour certains Japonais.

De 1988 à 2004, 63 patients ont été hospitalisés dans le service du docteur Ōta au centre hospitalier Sainte-Anne à Paris. Il est le premier a ouvrir cette consultation spécialisée pour les Japonais.

tour effel paris

Le syndrome de l’Inde – une autre réalité

Observé chez les touristes occidentaux arrivant en Inde, ce syndrome se déclare quand leurs repères ne fonctionnent plus. En effet, les touristes ont souvent une image tronquée de l’Inde, avec de grands temples, de paysages splendides et une atmosphère spirituelle intense. Or, ces personnes sont confrontées trop brusquement à un univers qui leur est totalement différent.

La pauvreté, le bruit, la foule, l’excès du climat, et l’omniprésence de la mort provoquent un vacillement de la personnalité. Ce dernier est parfois accompagné de troubles psychiatriques importants.

Dans les cas les plus graves, les voyageurs veulent s’enfuir le plus rapidement possible. D’ailleurs, le syndrome se déclare surtout chez les touristes qui visitent de grandes villes comme Mumbai ou Calcutta.

Syndrome de Stendhal (Florence) – une beauté intolérable

L’écrivain français Stendhal a décrit pour la première fois ce syndrome lors de son séjour en Italie. Il en a fait la description dans son carnet de voyage, après la visite de la Basilique Santa Croce à Florence:

« J’étais dans une sorte d’extase, par l’idée d’être à Florence, et le voisinage des grands hommes dont je venais de voir les tombeaux. Absorbé dans la contemplation de la beauté sublime, je la voyais de près, je la touchais pour ainsi dire. J’étais arrivé à ce point d’émotion où se rencontrent les sensations célestes données par les Beaux-Arts et les sentiments passionnés. En sortant de Santa Croce, j’avais un battement de cœur, la vie était épuisée chez moi, je marchais avec la crainte de tomber. »

Contrairement à d’autres syndromes celui-là est causé par une réalité beaucoup trop belle. L’abondance des œuvres d’art époustouflantes et leur grandeur mettent les touristes dans un état de ravissement insupportable. De manière que ces émotions extrêmes peuvent parfois entrainer des symptômes maniaco-dépressifs bipolaires. Les hôpitaux reçoivent régulièrement les voyageurs frappés par ce syndrome.  Si vous êtes une âme artistique, préparez-vous pour les émotions les plus intenses.

De manière générale ces symptômes disparaissent dès que le voyageur retourne dans son pays. De plus, avec l’accès plus facile à des informations fiables sur le pays et sa culture, vous pouvez vous débarrasser de toutes les illusions possibles.

Si vous planifier déjà votre prochain séjour, découvrez une autre manière à voyager avec nos conseils sur le road trip.